Coup de pouce vélo : heureux et fiers (et un peu fatigués)

En deux mois, plus de 100 vélos ont été remis sur roues au Maillon Solidaire dans le cadre du « coup de pouce ». En France, on en compte 320 000 à ce jour. Une opération de 45 millions d’euros qui bénéficie notamment aux vélocistes. Pourtant, des grincheux montent au créneau.

Nous sommes le 30 avril, la fin du confinement qui tient les Français enfermés chez eux depuis le 17 mars est annoncée pour le 11 mai. Agréable surprise : les appels de la FUB (fédération des usagers de la bicyclette) sont entendus par le gouvernement, Elisabeth Borne, alors ministre de l’environnement, annonce la mise en oeuvre d’un « plan vélo » qui prévoit notamment un « coup de pouce » de 50€ pour la remise en état d’un vieux vélo. Objectif annoncé : faire ressortir des caves et des garages français une partie des 1,9 millions de vélos qui y dorment, parfois depuis longtemps. 15 millions d’euros sont sur la table. De quoi financer 300 000 primes. Un mois plus tard, le ministère triple l’enveloppe.

Le Maillon Solidaire dans la boucle

Du côté de la FUB comme de l’Heureux Cyclage, qui fédère les ateliers associatifs d’entretien de cycles, on se réjouit. Du côté du Maillon Solidaire, on se dit qu’il faut apporter sa pierre à l’édifice. Quand un gouvernement débloque la bagatelle de 45 millions d’euros pour financer une cause qui est la raison d’être de notre association, pas question de rester sur le bord du chemin. Début mai les démarches sont faites, l’atelier du pôle Bartholdi est labellisé. Le 12 mai, nous accueillons les premiers candidats à la prime.

320 000 vélos remis en état, dont 112 dans notre atelier

Deux mois plus tard, il faut bien parler de succès. Tant au niveau national qu’au niveau belfortain : la plateforme Alvéole, qui gère le remboursement des factures, avait reçu 320 000 demandes au 10 juillet. 320 000 vélos qui sont passés se faire remettre sur roues chez un professionnel (pour la majorité) ou dans un atelier participatif. Au Maillon Solidaire, nous en avons retapé 112 à la même date. Certes, l’équipe de bénévoles fatigue un peu, et notre carnet de rendez-vous est blindé jusqu’à fin septembre. Nous apprécierons d’autant mieux la pause que nous prenons en août. Mais nous sommes heureux et fiers d’avoir apporté notre contribution à l’opération. D’autant que ces 112 vélos appartiennent à des cyclistes qui ont découvert notre atelier à cette occasion et qui, pour certains d’entre eux du moins, viendront grossir les rangs de nos fidèles adhérents.

Les grincheux à la tribune

Un rien d’agacement toutefois à la lecture de ce qui s’écrit sur le sujet. D’une rapide recherche « coup de pouce vélo » sur Google actu, on exhume des articles publiés un peu partout dans la presse régionale. Quelques éloges, un ou deux portraits d’auto-entrepreneurs qui ont saisi l’occasion pour démarrer une activité, une poignée de cyclistes contents. Et en rangs serrés, des grincheux. Des professionnels notamment qui se plaignent « de la lourdeur de la procédure », qui sont las « des heures de paperasserie », qui gémissent « d’avancer les fonds pour l’Etat ». Qui oublient au passage de préciser qu’ils ont surtout multiplié par beaucoup le chiffre d’affaire de leurs ateliers.

Procédure simple, remboursement rapide

Parce que bon, la procédure d’homologation de l’atelier nous a pris une vingtaine de minutes. Qu’après un peu de rodage, le traitement administratif d’un vélo prend moins de deux minutes. Et que si les premiers remboursements ont pu traîner jusqu’à trois semaines, les factures sont aujourd’hui réglées en moins d’une semaine. Certes, il faut savoir un minimum utiliser un ordinateur et un smartphone. Mais j’ai du mal à croire que si les quatre ou cinq retraités qui animent – bénévolement – le Maillon Solidaire en sont capables, un professionnel du cycle, surtout lorsqu’il s’agit d’une grande enseigne, n’y parvient pas.

Qui boude une aide de 45 millions ?

Alors s’il vous plait amis vélocistes cessez de bouder. Les 45 millions d’aide publique, ils vous sont destinés. On connaît bien des professions qui voudraient en avoir autant. Et si vraiment vos équipes sont à genoux, n’hésitez pas à embaucher, fût-ce en CDD. Il semble qu’en ce moment, la main d’oeuvre ne manque pas aux portes de Pôle Emploi.

3 réflexions au sujet de “Coup de pouce vélo : heureux et fiers (et un peu fatigués)”

  1. Très bon article: efficace et instructif! J’ai beaucoup apprécvié mon passage à l’atelier de Belfort. J’y ai trouvé un personnel patient, pédagogue et à l’écoute. J’ai appris certains gestes, certaines pratiques de réparation que j’ignorais totalement. Et c’est certain: je reviendrai pour l’entretien de mon cycle.
    Merci à toute l’équipe pour votre engagement!

    Répondre
  2. Merci de nous resituer l’action dans son cadre! Fière d’adhérer même modestement au Maillon Solidaire et d’avoir remis en état mon vélo après 2 mois 1/2 de pause, épaulée par une chouette équipe de bricoleurs bénévoles et chevronnés
    A bientôt
    Claire

    Répondre
  3. Merci bcp de nous donné cette chance d’être parmi vous Maillon solidaire et vous étiez toujours la pour m’aider de réparer mon vélo , je dis merci infiniment a toute l’équipe bénévoles vous êtes les meilleures .
    AMAZIGH.

    Répondre

Laisser un commentaire